Namur is a Joke 2023 - JUICY + JULIEN GRANEL

Panneau des Actions

Namur is a Joke 2023 - JUICY + JULIEN GRANEL

Namur is a joke présente JUICY + JULIEN GRANEL

Où et quand

Date et heure

Lieu

Chapiteau Namur is a joke Place d'Armes 5000 Namur Belgium

Carte et itinéraires

Comment s'y rendre

Politique de remboursements

Pas de remboursements

À propos de cet évènement

  • 2 heures 15 minutes
  • Billets électroniques sur mobile
Image de l'événement

JUICY est une entité mutante à deux têtes, née de la rencontre prophétique de Sasha Vovk (chant/claviers/guitare) et Julie Rens (chant/claviers/batterie électronique) au Conservatoire Royal de Bruxelles. Issu d’une formation classique et jazz tout en ayant grandi au son des tubes 90s, le duo a su prouver que mélanger technique et rigueur musicale à l’énergie des charts pouvait donner vie à un projet jouissif et cohérent.

D’abord repérées grâce à leurs reprises cyniques et décomplexées de classiques rap & r’n’b, les deux amies mettent au monde « Cast a spell » en 2018, leur premier EP, suivi par « Crumbs » un an plus tard. Les release party font sold out à l’Ancienne Belgique, au VK et au Beurschouwburg à Bruxelles. Soutenu par un public désireux de casser les codes et assoiffé d’une proposition brute et personnelle, JUICY enchaîne les scènes (Brésil, Autriche, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, France, Espagne, Italie) et les festivals (Dour, Couleur Café, Marsatac…), tout en assurant les premières parties de nombreux artistes tels que Angèle, Ibeyi, Gringe ou encore Trixie Whitley. Après une pause imposée mais salvatrice, leur très attendu premier album, « MOBILE », signé sur le label belge indépendant Capitane Record, sortira le 4 février 2022.

Un concentré de post r’n’b aux influences jazz, soul, hip-hop, le tout passé au blender pour un résultat délicieusement inclassable. Un son contrasté qui s’avale et coule dans les oreilles pour y dévoiler toute l’amplitude des compositions. Chaudes, froides, les sonorités sont là pour réconforter, faire bouger ou inquiéter, dans un mélange d’orchestrations pour cordes et flûtes et de beats électrisés qui vient soutenir l’ambivalence proposée. Des paroles qui restent en tête, interrogent, questionnent. Des voix qui se chevauchent, se donnent la réplique, chuchotent et interpellent sur des thématiques actuelles. Des chansons dont le spectre intégral se déploie en live et dont toute la complexité éclate dans l’intimité d’une paire d’écouteurs. Des formules scéniques déclinables à l’infini (brass-band, concert double pianos, orchestre, quatuor à cordes, chorale, claviers) qui offrent à MOBILE toute sa liberté de mouvement, assurant son indépendance et sa pérennité pour des morceaux qui n’auront de cesse de se réinventer. Le tout enveloppé d’une imagerie travaillée mêlant dérives modernes et insurrections technologiques, portée par des clips et visuels délicieusement délirants pour un brouillage de pistes maîtrisé. Un univers musical pluriel, à la fois léger et puissant, sombre et lumineux, qui déconstruit tout autant qu’il libère. Ça s’avale, ça se danse et ça se pense sans concessions.

Image de l'événement

Deux ans après son premier EP Bagarre Bagarre, Julien Granel signe avec brio la bande son de l’été et poursuit son odyssée chromatique avec Cooleur, son premier album solaire et envoûtant.

Tandis que bruissent les premiers accords de Cooleur, des souvenirs épars d’euphorie juvénile, de fêtes foraines et de bubble gum reviennent en mémoire. Avec ses mélodies orchestrales, ses accents pop et funky et ses collaborations explosives, Cooleur apparaît comme une ode à la joie chromatique et viendra assurément faire secouer la tête des cool kids. Pour son retour en fanfare, Julien s’est entouré de Pedro Winter, le patron du label Ed Banger, du duo Montréalais Chromeo et de Jean Charles de Castelbajac.

Julien Granel n’en est pas à son premier coup d’essai en matière de pop subtile et contagieuse. Depuis sa découverte fondatrice de Mika à l’adolescence, il n’a eu de cesse d’étoffer un wonderland baroque et chatoyant, alliant le cool et la couleur - et dont Cooleur est le formidable aboutissement. Premier prix du conservatoire, Julien Granel a une épiphanie harmonique lors d’un éveil musical. A 12 ans, il supplie ses parents de lui acheter « Life in Cartoon Motion » de Mika, un album qui l’éblouit autant par ce qu’il voit que par ce qu’il entend. Grâce à Mika, que les journalistes comparent à Freddy Mercury, Julien s’éprend de Queen, puis plus tard de David Bowie, Elton John, et Prince, avant de se prendre en pleine face l’explosion psychédélique des Beatles et de Jamiroquai. Résolu à embrasser cette British pop orchestrale et entêtante, Julien intègre le Conservatoire où il fait ses gammes pendant quatorze ans. A ses heures perdues, il s’initie aux musiques électroniques sur un ordinateur portable familial et se produit les week-ends avec un groupe électro-rock dans de petits bars de la région des Landes.

Sa rencontre avec son manager met un sérieux coup d’accélérateur à un parcours sans faute. Une fois son diplôme du conservatoire en poche et après un détour express en fac de musicologie à Bordeaux, ils vont toquer à la porte de Cinq7, son label, qui décide de signer Julien séance tenante. Lors d’un concert à Bordeaux, la carrière de Julien prend un tournant décisif. Ce soir-là, il se produit aux côtés d’Angèle. La chanteuse Belge est d’emblée séduite et lui propose de l’accompagner dans une tournée des Zéniths de près de 40 dates. Pendant deux ans, Julien Granel rode à ses côtés des mélodies en première partie de spectacle et parfait une performance scénique magnétique et détonante. Entre les concerts, Julien donne naissance à deux singles et un EP remarqués : « Défait » (2019), « Danse Encore » (2019) et « Bagarre Bagarre » (2020).

Le créateur de souliers Christian Louboutin tombe sous le charme de cet univers déluré et met Julien au défi de concevoir la bande-son de sa campagne Printemps-été 2022 pour le monde. Ce sera « Mirage », un titre explosif agrémenté d’un clip en réalité augmentée phénoménal. Grisé par la capacité de Julien à orchestrer une symbiose parfaite entre la couleur et l’univers de l’enfance, Jean-Charles de Castelbajac, autre enfant terrible des années Palace, sacre Julien « chevalier de l’arc en ciel » avant de lui confier l’habillage de son exposition-atelier « Le peuple de demain ». Dans la foulée, Julien signe avec Léna Situations le tube électrisant « A la folie », sur lequel la YouTubeuse vient poser sa voix.

Pour son premier long-format, Julien a délaissé le home-studio pour investir le mythique studio Motorbass où il concocte avec l’aide de son fidèle producteur Julien Galner, ancien du groupe Château Marmont, un album beaucoup plus organique et acoustique que les projets précédents, et où se mêlent un orchestre de cuivres et des cordes, les riffs d’Ulysse Cottin, le guitariste des Papooz, la section rythmique léchée de Bastien, le batteur du groupe Catastrophe, et le grain si singulier des synthés vintage et des vieux magnétos à bande.

A travers cet album délibérément cool, truffé de groove irrésistibles, de jam brûlantes et de pépites feel good, Julien Granel nous déroule le tapis rouge pour un été supa dupa cool.